deux expats en Allemagne et en voyage

Leipzig (prononcé Leipziq ou Leipzich, en fonction de votre région d’origine), serait la nouvelle Ze place to be en Allemagne. Chronique d’une visite chez les hipsters – ou pas.

Lire la Suite

Le Québec a son caribou et l’Allemagne a… son Glühwein ! Tout comme la boisson québécoise qui nous permet de survivre au Carnaval de Québec, ce vin chaud, composé de vin rouge, d’épices et de miel, réchauffe les coeurs (et les doigts !) des Européens du Nord pendant les grands froids d’hiver et les marchés de Noël. Plus !

Il était une fois une copine en visite au Marché de Noël de Nuremberg. Après 5 petites minutes à sillonner les allées du Christkindlesmarkt pour dénicher des souvenirs à rapporter à Montréal, elle ne savait déjà plus où donner de la tête. Elle prenait ça, achetait ça, regrettait deux kiosques plus loin d’avoir choisi ça à la place de ça. Où trouver les meilleurs pains d’épices ? Quoi acheter pour tante Albertine ? Et pour grand-père Alphonse ? Et la cousine, elle la préfèrerait bleue ou rouge sa décoration de Noël ? Devait-elle prendre un exemplaire pour elle aussi, tant qu’à y être ? C’était trop de pression devant tant de beauté. Lire la Suite

Depuis plus de 400 ans, les marchands et leurs kiosques de bois traditionnels prennent d’assaut le coeur de la vieille ville de Nuremberg pour ériger l’un des plus célèbres marchés de Noël au monde, le Christkindlesmarkt. Dès le dernier weekend de novembre, les visiteurs affluent de partout pour arpenter le Marché de Noël de Nuremberg, d’où émanent de doux parfums de cannelle, d’amandes et de saucisses grillées. Mais entre les étales de boules de Noël peintes à la main et les échoppes de pain d’épices se cachent quelques petits secrets qu’il vaut mieux connaître avant de se lancer.

Voici donc la première partie de notre guide de survie au Marché de Noël de Nuremberg avec les 7,5 choses à ne pas faire pendant votre visite ! Lire la Suite

« Ce n’est pas seulement l’endroit où l’on va qui donne un sens à la vie, mais aussi la façon dont on s’y rend ». Dans ma tête résonnent ces sages paroles de Marc Lévy depuis notre weekend de randonnée dans les Vosges en Alsace. 

Gravir le sommet du Hohneck, dormir au refuge du lac de Schiessrothried, puis marcher jusqu’au Gaschney avant de retrouver la voiture à Metzeral, tel était notre projet. De fortes précipitations de neige étaient prévues dans les montagnes, mais rien de bien effrayant pour les deux copains de la #Teamgivrés et nous, Québécois. C’est donc sous un ciel déjà menaçant que nous avons abandonné la voiture à Metzeral pour nous élancer dans les hauteurs et la neige du massif des Vosges. Lire la Suite

Il était une fois une jeune femme insouciante qui, aveuglée par la beauté de la plage sur laquelle elle se prélassait depuis quelques heures au Salvador, décide de déménager à Nuremberg en Allemagne pour suivre son copain.

Sur le coup, le plan lui paraissait parfait : un emploi assuré pour le chum qui devenait expat, les weekends à voyager à travers l’Europe ou à grimper dans les Alpes et l’occasion de repartir à zéro à l’aube de la crise de la trentaine. Il lui suffisait, se disait-elle, d’apprendre une cinquième langue et de trouver du boulot pour survivre pendant deux ans. Yink ça. Du moins rien de bien sorcier pour une grande voyageuse n’ayant pas froid aux yeux. Or, c’était avant de savoir que pour apprivoiser la bête, elle allait devoir affronter les étapes du cycle de l’expatriation. Plus !

J’ai longtemps résumé l’Allemagne à l’Oktoberfest, Berlin et les nazis, cru que les Alpes étaient à Chamonix (merci les Boys !) et le soleil en Espagne. Il a fallut que j’emménage en Bavière il y a deux ans pour distinguer le vrai du faux. Que j’ignore les palmarès truffés de clichés à la «10 raisons de visiter l’Allemagne» , que je laisse de côté les blogues bidons et les guides de voyage pour enfin découvrir le véritable visage du pays, de Berchtesgaden à Nuremberg en passant par Pirna. Il serait tentant d’insérer ici «hors des sentiers battus», mais puisque j’ai horreur du terme, je dirai simplement loin de la choucroute et du Neuschwanstein.

C’est donc en faisant mes recherches dans la langue de Goethe et en m’informant auprès d’amis allemands que j’ai découvert ce petit paradis qu’est l’Allgäu. Aussi connue sous le nom de Souabe bavaroise, cette région du sud de l’Allemagne adossée à la frontière autrichienne est traversée par les hautes montagnes des Alpes, dites Alpes d’Allgäu. Et qui dit montagnes (et deuxexpats), dit randonnées. On y va ? Lire la Suite